Accueil > Actualité > Actualités Archivées > "Les prix doivent encore baisser de 15 %"

"Les prix doivent encore baisser de 15 %"

Olivier Eluère, corédacteur en chef des études économiques du Crédit Agricole, revient pour LaVieImmo.com sur l’état du marché immobilier et ses perspectives, quelques jours après avoir publié sa note trimestrielle.

(LaVieImmo.com) - Vous écrivez que les prix restent surévalués de 10 à 15 %. Pensez-vous qu’il sera possible de parvenir à un ajustement ?

Olivier Eluère : Ce que nous savons, c’est que dans l’absolu, il faudrait que les prix, qui demeurent élevés pour le moment, baissent de 10 à 15 % afin de permettre aux ménages français de pouvoir acheter à des niveaux satisfaisants. Les prix ont bien sûr baissé récemment puisque nous estimions qu’ils étaient surévalués de 25 % au plus fort du boom immobilier, fin 2007-début 2008. Mais la correction doit perdurer pour permettre à un acheteur moyen de retrouver un niveau de coût global qui soit comparable à celui qui existait au milieu de l’année 2001.

LaVieImmo.com : Croyez-vous à une hausse des taux de crédit cette année ?

Olivier Eluère : J’écrivais dans ma note que la fin de la baisse des taux de crédit habitat participerait au frein du redressement du marché immobilier. Mais il s’est passé beaucoup de choses depuis sa publication au mois d’avril... J’évoquais ainsi l’idée d’un processus de remontée graduelle des taux en 2010, cependant celle-ci doit être aujourd’hui modulée en raison des dettes européennes et notamment de la dette grecque, car les taux de crédit habitat dépendent des taux de marché et donc des ressources des banques. A l’heure actuelle, je ne vois pas de remontée des taux au cours de l’année 2010, ou alors très lente, mais plutôt en 2011.

LaVieImmo.com : Certains observateurs craignent de voir émerger une bulle immobilière à Paris. Y croyez-vous de votre côté ?

Olivier Eluère : Honnêtement, non. Le gonflement d’une bulle est peu probable en raison de la phase de correction observée depuis un an ou deux. Il est vrai que la hausse des prix avait été plus importante à Paris et que la baisse a été plus faible, ce qui laisse penser que la solvabilité s’est moins rétablie à Paris qu’en région. Mais les volumes de transaction ont tout de même beaucoup baissé et les prix de l’ancien ont également subi une diminution, ce qui est le signe d’un environnement économique incertain.

LaVieImmo.com : Quels seront selon vous les effets de la fin du doublement du Prêt à taux zéro (PTZ) et de la suppression du Pass Foncier ?


Olivier Eluère
 : Il y a clairement un risque de freinage du marché du neuf si rien n’est fait. Mais diverses réflexions sont en cours afin d’étendre et diversifier certaines aides, notamment en généralisant le PTZ à l’ensemble des achats immobiliers. Pour le moment, rien n’a encore été décidé.

Source : Propos recueillis par Marc Fleury - ©2010 LaVieImmo.com


 

 

Accueil | Plan du site | Espace privé | Mentions Légales | Contact

Copyright © Les Compagnons de l’Immobilier 2008 - 2017 | Réalisation Pro Service Office - Charente (16)